Royal LePage 3e trimestre 2018

par Tanya Rickert, mercredi le 5 décembre 2018
3e trimestre 2018 – Les acheteurs vont de bon train

Plusieurs facteurs affectent la décision d’acheteur une propriété. Voici une analyse supportée par Royal LePage sur le marché immobilier au troisième trimestre 2018. 



Tendance des marchés


Le Grand Montréal a à se réjouir de sa situation enviable : un marché stable, une augmentation saine des prix, et une banque d’acheteurs grandissante. 

 

· Une hausse de la demande en immobilier pourrait être entraînée par le nouvel Accord États-Unis–Mexique–Canada (AEUMC) et une meilleure confiance envers le marché de l’emploi.

· Le prix médian d’une propriété devrait croître de 1,5% au quatrième trimestre 2018.

· Le Grand Montréal jouit de la plus forte augmentation (+5,4%) du taux d’appréciation en comparaison aux trois autres régions métropolitaines les plus importantes du Canada. 

 

Selon l’Étude sur le prix des maisons et les prévisions du marché de Royal LePage [1], il y a eu des gains modestes sur l’appréciation des pris des maisons sur 12 mois au troisième trimestre 2018. Les régions du Grand Vancouver et du Grand Toronto ont grandement affecté cette tendance nationale. 

 

Une augmentation de 2,2% sur 12 mois a été observé pour le prix d’une maison au Canada avec la Synthèse nationale des prix des maisons de Royal LePage [2]. La Synthèse s’appuis sur les données des 63 plus grands marchés immobiliers du pays. Cette augmentation atteint 625 499 $ au troisième trimestre 2018 pour une maison au Canada. Par type de propriété, les augmentations sont décortiquées comme suit : 

· Une unifamiliale à deux étages a augmenté de 1,4% sur 12 mois, le prix médian étant 736 337 $ ;

· Une unifamiliale de plain-pied a augmenté de 1,5% sur 12 mois, le prix médian étant 519 886 $ ;

· Un appartement en copropriété a augmenté de 6,7% sur 12 mois, le prix médian étant 441 240 $;

 

L’Équipe Rickert vous rapporte que Royal Lepage prévoit une augmentation supplémentaire de 1,5% du taux d’appréciation du prix de l’agrégat des propriétés au Canada au cours des trois prochains mois.

 

Le taux de croissance canadien s’annonce plus faible que celui de l’an dernier, mais l’économie canadienne se porte bien est repose sur des bases solides. En parti, le nouvel Accord États-Unis-Mexique-Canada offre une stabilité pour l’économie canadienne grâce à un libre échange sécurisé.


Tendance des acheteurs 


52% des acheteurs, dont principalement les jeunes familles, choisissent de s’installer en périphérie des Métropoles selon l’Enquête sur la masse critique des milléniaux de Royal LePage [3]. 61% de ces acheteurs ont affirmé choisir une ville dont les propriétés sont plus abordables, et 59% évaluent qu’il est nécessaire d’étendre sa recherche lorsqu’il songent à élever une famille. 

 

Toujours selon l’étude de Royal LePage, le marché immobilier de la région du Grand Montréal demeure solide. Le marché peut s’appuyer sur une économie robuste et une tendance vers le plein emploi. Le taux de chômage a diminué de 0,3% en septembre 2018, pour atteindre 5,3%, la moyenne nationale étant 5,9%. 

 

À Montréal, le prix de l’agrégat des propriétés au troisième trimestre 2018 était de 396 909 $, soit une augmentation de 5,4 pour cent par rapport à l’année précédente. Ce prix de la troisième plus grande métropole du Canada est bien plus modeste que le Grand Vancouver et le Grand Toronto. Le taux d’appréciation du Grand Montréal est supérieur aux deux autres régions. 

 

Article produit suite à la publication de l'analyse Royal LePage du 3e trimestre 2018. 

[1] Les prix de l’agrégat sont calculés à l’aide d’une moyenne pondérée des valeurs médianes de tous les types d’habitation analysés. Les données sont fournies par RPS Solutions pour propriétés résidentielles. 

 

[2] À compter du premier trimestre de 2018, sept marchés immobiliers ont été ajoutés à la Synthèse nationale des prix des maisons de Royal LePage. Les nouvelles régions situées en Ontario, en Alberta, au Québec et en Colombie-Britannique représentent de petits marchés. En raison de la taille relative de ces nouveaux marchés, on s’attend à ce que la Synthèse nationale des prix des maisons de Royal LePage laisse paraître une légère évolution d’à peine 0,15 pour cent.

 

[3] Une enquête en ligne a été effectuée auprès de 1 000 membres de la masse critique des milléniaux (âgés de 25 à 30 ans) entre le 7 et le 14 juin 2017 par l’entremise de LegerWeb, le panel en ligne de la société Léger.